Les premières séances de cinéma à Etampes

C’est le 27 Aout 1904 que les étampois découvrent le cinématographe dans le théâtre Municipal.

01-EtampesCinemaLaSaintMichelEtampes – La Saint Michel – Place du jeu de paume (Source http://www.corpusetampois.com)

Malgré le succès, le cinéma ne reviendra qu’en 1912. Entre temps, c’est grâce aux établissements forains que le cinéma est présent à chaque Saint Michel (1 établissement en 1904, 3 en 1907).

02-EtampesCinemaStMichel

La Saint Michel – Cinématographe (Source Delcampe)

 

Casino : Place du Port (...1912 – 1940)

03-EtampesCinemaLeCasino

Le Casino (Source http://www.corpusetampois.com)

En 1912, Mr Pinguenet gérant du Casino, qui s’intéresse particulièrement aux représentations cinématographiques se déroulant à la Saint Michel s’allie à la société Pathé. Le Casino devient la 1 ère salle de cinéma sédentaire d’Etampes. Le 16 Février 1912, la première séance de cinéma du Casino remporte un vif succès.

En 1925, la salle du Casino est modernisée et mise aux normes de sécurité. (Plafond en toile inflammable remplacé par un plafond en plâtre sur métal, suppressions des poêles pour un remplacement par le chauffage central, les chaises individuelles et les bancs isolés sont remplacés par des bancs fixes. Deux projections ont lieu chaque semaine au casino. Le Casino sera le seul établissement cinématographique d’Etampes de 1912 à 1915.

Après la guerre, le Casino comme le Stevens propose une séance le samedi soir et 2 le dimanche en soirée et matinée. Les séances sont composées d’actualités nationales et locales (Pathé au Casino, Gaumont au Stevens), de comédies ou drames sentimentales (accompagnés au piano). Le cinéma Français domine la programmation du Casino à travers « Judex » et « Fantomas ».

Dès le milieu des années 20, la programmation du Casino (comme le Stevens, devenu Alhambra en 1923 – cf ci-après) s’oriente vers les longs métrages américains.

Le 7 septembre 1929, se déroule la première projection d’un film sonore à Etampes : « Le Danseur de Jazz » . Le 25 mars 1935, le Casino propose un concert filmé , l’ouverture « d’Obéron » de Weber, interprété par l’orchestre philarmonique de Berlin. Pendant les 5 années précédentes la 2 eme guerre mondiale, le cinéma français reprend une part plus importante dans la programmation des cinéma Casino et Alhambra.

Après la déclaration de guerre, le Casino et l’Alhambra sont fermés par décision du ministère de l’intérieur, dès septembre 1939. Le Casino rouvrira ses portes en décembre 1940. Le Casino est réquisitionné par les troupes allemandes (10 000 soldats allemands s’installent à Etampes après la débâcle de 40), en interdisant ainsi l’accès à la population française. Mais les bombardements du 10 juin 1944 qui frappent Etampes détruisent définitivement le plus ancien cinéma Etampois. En 1945, Mr Vatié, propriétaire du Casino fait part de sa volonté de reconstruire le Casino. Le projet se transforme en Dancing-Restaurant, ouvert en 1952. Il fermera ses portes en octobre 67 pour devenir un supermarché.

 

Cinéma Forain de Mme Stevens. – Le Stevens – l’Alhambra : Rue des Cordeliers.

C’est pendant la 1 ère guerre mondiale qu’un cinéma forain vient concurrencer le seul Casino. Cette salle de 300 places dirigée par Mme Stevens s’installe le 8 mai 1915 place du Jeu de Paume, puis sur la route de Dourdan. Finalement, soutenu par la société Gaumont (concurrente de Pathé, qui a passé accord avec le Casino) , le cinéma de Mme Stevens s’installe angle rue des Cordeliers et rue Léon Grenier. Malgré le mécontentement de Mr Pinguenet (Casino) dont le fils est au front, le cinéma de Mme Stevens reste. Le Stevens et le Casino offrent aux étampois en ces temps de guerre une saine distraction.

A la fin de la guerre et avec l’arrivée des troupes américaines dès 1917, le Stevens deviendra un dancing dès 1919. Mais suite aux plaintes des riverains (nuisance sonores..., le Stevens est un établissement forain fait en toile ), il doit fermer en 1923 car Mme Stevens refuse une construction en dure avec isolation phonique. En 1923, Mr Mohange reprend le Stevens et le rebaptise Alhambra.

L’Alhambra (1923 – 1970) : 33 rue des Cordeliers

L’ancienne salle du Stevens est modernisée dès 1923. La salle , la scène et les décors sont reconstruits sur des châssis en bois ; la cabine de projection est séparée de la salle par une cloison de maçonnerie, un moteur à essence situé dans une pièce spéciale assure l’alimentation en électricité, le chauffage central est installé. La capacité de la salle passe de 380 places en 1923 à 430 en 1940. Cependant la salle et ses équipements techniques sont loin d’être aux normes. Mais l’Alhambra connaitra un incendie (21/9/1924)  dans la cabine de projection qui fera, fort heureusement que 2 blessés (le projectionniste et le directeur de la salle), la salle étant fermée à  ce moment. ... En 1944, la salle ne sera toujours aux normes.

04-EtampesCinemaAlhambra

L’Alhambra (Source http://www.corpusetampois.com)

 Pendant l’été 1929, l’Alhambra comme le Casino connait des améliorations pour accueillir le cinéma sonore. Fermé lors de la déclaration de guerre, l’Alhambra rouvre ses portes au public le 30 septembre 1939. Alors que le Casino est réquisitionné par les troupes allemandes, l’Alhambra restera ouvert au public pendant toute la guerre, les spectateurs étant autorisés à rentrer chez eux après le couvre feu, sous réserve de pouvoir présenter les billets). Pendant toute cette période, bon nombre de séances et de fauteuils sont réservés aux troupes allemandes. A la libération, Etampes accueille les troupes américaines. De nombreuses projections  ont lieu  dans des baraquements en bois.

05-EtampesCinemaAlhambraAvril2011

L’Alhambra en Avril 2011

En 1950, la salle de l’Alhambra, propriété de Jean Duguay possède alors 400 places. Cette mono-salle fermera le 31 Aout 1970.

 

Le Royal – Le Club : 115/125 rue de la République (1948-1989)

En mai 1948, un cinéma de 300 places s’installe en lieu et place d’un garage. Le cinéma, dont il ne reste plus rien aujourd’hui, connaitra un grand succès  dans les années 50/60.

Mr Lucien Frémy (1960) – 350 fauteuils (source Bellefaye)

Mr Marcel Daiche (1970) – 350 fauteuils (source Bellefaye)

Mr Philippe Jenvrin (1976) – 350 fauteuils (source Bellefaye) (Probablement Mr Philippe Jenvrin au moins en 1972, avec son épouse Geneviève – Source Film Français / Cinématographie Française Septembre 72)

Le Royal fermera définitivement ses portes le 2 Novembre 1979. (Source Corpus Historique Etampois).

C’est en 1980 qu’est annoncé un cinéma appelé « Le Club », situé au 125 rue de la République (In Cinéma De France Mars 81). comprenant 2 salles de 120 et 110 places. Mr Philippe Jenvrin en est toujours le propriétaire. Ce complexe de 2 salles fermera le 30 Novembre 1989.

 

La  Rotonde : Rue Saint Jacques

Jean Duguay, directeur de l’Alhambra, est propriétaire d’un terrain rue Saint Jacques. Il souhaitait dès 1939 y construire une salle de cinéma. Ce bâtiment comprenant une salle de spectacle avec habitation sera construit, réquisitionné par les allemands, puis détruit lors des bombardements. Après la guerre, Mr Jean Duguay relance son projet. La mairie donne son accord. C’est au 102-114 rue Saint Jacques que sera créée en 1952 la salle de cinéma « La Rotonde » (Architecte E.Lardillier).

06-EtampesCinemaLaRotonde1952Publicité pour les luminaires M.Kobis & R.Lorence (La Cinématographie Française Octobre 1952)

07-EtampesCinemaLaRotonde1965La Rotonde en 1965 (Source Delcampe)

Jean Duguay (1960-1970) : 600 places, scène de 10 m. (Source Bellefaye).

07Bis–EtampesCinemaLa Rotonde1974

La Rotonde en Janvier 1974 (Le Film Français)

7Ter-EtampesCinemaLaRotondeAvril94

7Ter – La Rotonde en Avril 1994

Jean Duguay cèdera la Rotonde à Mr Philippe Jenvrin (Bellefaye 1976)

08-EtampesCinemaLaRotondeAvril2011La Façade en Avril 2011

Il s’agit d’une salle de 600 places (500 en 1984). C’est en Octobre 1992, que la Rotonde va devenir un complexe de 3 salles de 250-120 et 52 places. (Mme Geneviève Jenvrin – Mme Lamory). Pour un investissement de 4 millions de Francs, l’architecte Loïc Brejon créé ces 3 salles (la plus grande salle est équipée du son dolby et d’un écran curviligne). Guy Lamory, son propriétaire souhaite ainsi proposer 20 séances hebdomadaires.

09-EtampesCinemaLaRotondeAvril2011Le Plafond du Hall en Avril 2011

La Rotonde sera racheté ensuite par Marie-Hélène Raymond ( famille de Georges Raymond – CGR). Il reste aujourd’hui, derrière l’ancienne caisse, une photo de Georges Raymond, fondateur du groupe CGR.

10-EtampesCinemaLaRotondeAccesLe Hall en Avril 2011

C’est aujourd’hui Yohan Delamare et Jérome Grenard qui sont les propriétaires de la Rotonde depuis le 16 juillet 2008.

11-EtampesCinemaLaRotondeSalle2

La Salle 2 en Avril 2011

Le dernier cinéma commercial d’Etampes a été le 1 er cinéma d’Essonne à proposer des films en relief numérique dès le 30 Décembre 2008. (Film « Fly Me To The Moon ») En 2010, les 3 salles de la Rotonde ont accueilli 98 000 spectateurs.

12-CinemaEtampesRotondeSalle2

La Salle 2 en Avril 2011

En Avril 2010 (in le Parisien) (la Rotonde est en progression de plus 40% en spectateurs), un projet de Multiplexe (7 salles ) voit le jour ( avec les 2 propriétaires de la Rotonde et Marie-Hélène Raymond) . Ce projet ne semble plus d’actualité ...

13-EtampesCinemaLaRotondeProgramme

14-EtampesCinemaLaRotondeProgrammeProgramme de La Rotonde Avril 2011

 

Le Théâtre d’Etampes – Cinétampes : Place G. Saint Hilaire

15-EtampesCinemaLeTheatre

Avec 3 salles de cinéma en activité en 1950 (Alhambra, Royal, Rotonde), le théâtre d’Etampes attire un public clairsemé. Au cours des années 60, un groupe d’enseignants de l’école Sant Martin créé un Ciné-club. Ce Ciné-club connait un large succès qui s’essouffle au début des années 70.

C’est le 20 octobre 1979 qu’est créé l’association Cinétampes . Il s’agit d’une association loi de 1901. Cinétampes se propose de promouvoir dans les plus larges couches de la population une diffusion Art et Essai de films de qualité pour une confrontation vivante entre le public et les films. Cinétampes est une émanation du service culturel de la ville d’Etampes. La première projection se fait au théâtre d’Etampes. Le Cinétampes rencontre un vif succès (170 entrées hebdomadaires). Le cinéma est classé Art et Essai et est membre fondateur de l’Association des Cinémas de recherche en Ile de France. En 1982,  la salle de Théâtre et son décor sont classés au titre des monuments historiques. L’association Cinétampes connait 245 adhérents en 1982, 322 en 1983, 336 en 1985 et 436 en 1986. Les conditions  de projections se modernisent avec en 1994 l’arrivée du son dolby stéréo.

16-EtampesCinemaCinetampes

Cinétampes fonctionne toujours aujourd’hui.

Quelques exemples de programmation :

17-EtampesCinema16Oct1974Figaro 16 Octobre 1974

18-EtampesProgrammes17Nov1976Figaro 17 Novembre 1976

19-PariscopeEtampes5dec77

Pariscope 5 Décembre 1977

20-cinephiliaEtampes18nov81Cinephilia 18 Novembre 1981

 

Quelques Chiffres (Source Mediavision – Censier) :

21EtampesChiffres

Un grand merci à Mr Clément Wingler (Corpus Historique Etampois)

Sources : Annuaire Bellefaye – http://www.corpusetampois.com/– Le Parisien – La Cinématographie Française – Pariscope - Figaro